Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ca y est, nous y voilà, le grand soir fiscal est pour demain !

Chers lecteurs, vous vous doutiez bien que pour reprendre la main sur une communication Shadock, qui pompe notre temps de cerveau disponible avec autant d’énergie que la gauche pompe les fruits de notre travail, il fallait remettre en marche la machine à saucisses. Pour mémoire, le principe de la machine à saucisse, c’est précisément qu’une saucisse pousse l’autre. Dès lors qu’une saucisse pleine n’est pas fermée et poussée vers la sortie, elle finit par éclater en se remplissant d’elle-même !

La date butoir de choix, par les Maires, des nouveaux horaires des écoles ne cesse d’être repoussée, afin de laisser le temps à Vincent Peillon de se vautrer dans l’autosatisfaction, grâce à une large communication payée par le contribuable. Premier problème évacué !

L’écotaxe se fera, mais promis, pas tout de suite. Il faut d’abord une large concertation et un rapport pour caler une politique branlante. Deuxième problème évacué !

Crédit AFP

Crédit AFP

L’augmentation de la TVA en janvier 2014 est une décision de l’ancienne majorité… Mais promis, ce n’est pas la faute des socialistes élus depuis bientôt 2 ans si cette décision injustement socialement injuste est maintenue parce que c’est une irrévocable injustice violemment décidée par la vilaine droite pendant l’âge des ténèbres, étoutou… Et pis de toutes façons, on ne retrouvera pas dans nos raviolis les chevaux des 6000 emplois perdus grâce au passage de 7% à 20% de la TVA, car cette hausse sera compensée par des subventions d’Etat. Moralité, quand çà galope, les socialistes réglementent, quand çà trotte, les socialistes taxent, quand c’est mort, Hollande subventionne… Troisième problème évacué !

Ce n’est pas le tout d’évacuer tous ces cadavres en décharge, encore faut-il les empêcher d’empuantir les repas de fêtes qui se préparent d’ici un mois. Il ne faudrait pas que les dindons ne parlent de trop de ces farces pendant les repas de famille. Un petit coup de terrassement s’impose pour enterrer ce foutoir au fond des jardins de l’Elysée :

La fusion de la CSG et de l’impôt sur le revenu.

http://www.tempolitique.com/

http://www.tempolitique.com/

Et pour bien commencer, quoi de mieux que de questionner ceux qui ont été élus pour voter et contrôler le budget de l’Etat ? Naturellement, nos députés ont commencé d’arrache-pied cette concertation visant, je vous le rappelle, à exonérer de CSG ceux qui ne paient pas d’impôts sur le revenu, pour la faire payer à ceux qui ne souffrent pas de cette douloureuse exclusion fiscale.

Oups, pardon, non, on me dit dans l’oreillette que j’ai mal compris !!! Les députés, ceux qui votent l’impôt et toutes les façons possibles et imaginables de cramer les fruits de notre travail, et bein c’est pas eux qui sont consultés dites-donc ! Nan, nan, histoire de bien faire comprendre à la piétaille de contribuable kisélechef dans notre belle sociale-démocratie sauce hollandaise, notre héroïque premier sinistre consulte naturellement… les syndicats ! Voui Madâme, Môssieur, ce sont les syndicats qui les premiers (et les derniers ?) auront leur mot à dire sur la chose si anodine qui sert à extorquer, pardon prélever, seulement 20% des ressources de l’Etat ! Ce n’est pas comme si cette fonction était clairement dévolue au parlement par les articles 24 et 34 de la constitution !

D’un autre côté, nos députés sont déjà tellement pris par leurs fonctions de distributeurs d’argent « public », qu’ils n’ont plus guère de temps pour se soucier des modalités de collecte !

Quoi qu’il en soit, pour ceux qui doutaient des intentions véritables d’une gauche qui avance encore avec le visage grimé d’angélisme, Jean-Luc Mélenchon les a très bien résumées :

« Ce que nous allons faire, c’est une violence : Prendre à certains ce qu’ils ont et ne pas leur rendre. 23 novembre 2013 - Twitter »

Tag(s) : #FISCALITE, #LIBERTE, #Economie politique, #EMPLOI