Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La paranoïa de la blancheur

Les personnes qui vantent le caractère immaculé de leurs motivations et de leurs actes développent souvent toutes les caractéristiques de la paranoïa. Certes, ce n’est pas parce qu’on est paranoïaque que personne ne nous en veut !

Lorsqu’on s’habille de blanc, on a peur des tâches. Forts de cette microscopique réflexion, il nous est alors plus facile de comprendre l’extrême violence des propos du faux nez d'Iznogoud, d’Etienne Erasimus. On comprend mieux, également, le désarroi lacrymal de la gauche, Séverine Oger en tête.

Lors du dernier Conseil Municipal, il a été question de retirer à Mesdames Chollet, Lebras et Solecki, leur mandat d’Adjointe au Maire. Sous la plume d’Etienne Erasimus (REUCYR), le mot « mandat » se transforme en « Titre », ce qui en dit long sur les réelles motivations de l’individu. Pour revenir à leur cas, ces dames avaient choisi, en octobre dernier, de quitter le Maire pour rejoindre Etienne Erasimus : L’homme providentiel, qui par imposition des mains, leur a ouvert les yeux et rendu la vue.

La logique aurait voulu qu’elles rendent leur mandat d’Adjointes au Maire, en même temps qu’elles se baignaient de la lumière divine d’Etienne Erasimus. A priori, lorsqu’on ne veut plus travailler pour son chef, il n’y a pas de raison de rester son adjoint. Là aussi, cela en dit long sur la qualité de la réflexion de ces dames. Quoi qu’il en soit, puisqu’il n’était pas question que Mesdames Chollet, Lebras et Solecki se rendent compte par elles-mêmes du ridicule de la situation, il fallait en passer par le vote du Conseil Municipal pour leur retirer leur mandat d’adjoint. Ce vote fut alors l’occasion de porter au grand jour la nature réelle du différent qui opposait le Maire à ses adjointes :

Ces trois personnes considéraient que leur « titre » leur permettait de ne pas rendre compte au Maire de leurs faits et gestes sur les délégations qu’il leur confiait. Le cas de Madame Chollet est celui qui a mis le feu au lac du magmatique Etienne Erasimus. En effet, à l’appui de mes déclarations, j’exposais un échange de mail entre la Directrice de la crèche des Petits Pilotes et Mme Chollet. Pour résumer, Madame Chollet ordonnait à la directrice de la crèche de ne pas respecter la liste d’attente, et de donner, directement au fils de Mme Oger, une place devenue vacante.

A partir de là, il y a deux écoles :

  • Ceux qui s’en tiennent aux faits. Ils considèrent que le nom de celui ou celle qui bénéficie de la place n’a aucune importance, et que le problème est bien que Mme Chollet ne respecte pas la liste d’attente, sans en rendre compte à qui que ce soit.
  • Ceux qui, si cela avait été le nom d’un Conseiller Municipal de l’équipe du Maire, auraient exploité l’information, pour expliquer que Saint-Cyr l’Ecole est dirigée par une équipe de salauds, qui ne pense qu’à ses intérêts personnels. Cette catégorie d’individus a la particularité de crier très, très, très fort qu’ils ne sont nullement coupables… D’accusations qui n’existent pas !

En l’espèce, ce qui finit de me convaincre de la profonde bêtise et/ou de l'inculture juridique d'Etienne Erasimus, c’est qu’il en vient à jeter la suspicion sur celle-là même qu’il prétend défendre. En Conseil Municipal, elle a été accusée de se comporter comme un électron libre qui ne rendait aucun compte de son activité à son patron, le Maire. Elle partageait cette attitude avec Mesdames Lebras et Solecki, elles ont donc été priées de se trouver une autre liste pour 2014. Qu'importe d'ailleurs que Mme Solecki habite aujourd'hui le Luxembourg... Mme Oger est revenue à Saint-Cyr l'Ecole il y a quelques mois à la faveur des élections à venir...

Sous la plume d’Etienne Erasimus, Madame Chollet aurait été accusée de « délit de favoritisme ». Cela ne manque pas de saveur, dans la mesure où le délit en question concerne l’attribution des marchés publics… Une telle méconnaissance du droit public, de la part d’une personne qui se définit elle-même comme « cadre au ministère des finances », n’est pas très encourageant pour le bon fonctionnement dudit ministère !

A la rigueur, il aurait pu parler de trafic d'influence... Encore faudrait-il qu'il soit établi l'existence d'une transaction sous une forme ou une autre. Si tel avait été le cas, l’affaire serait déjà entre les mains de la justice avant même de passer par la case « Conseil Municipal » !

Et Séverine Oger, notre « première socialiste » de Montmagny dans tout cela ? Elle tremble, elle sanglote, elle se désespère de peur que ce non évènement devienne le fil boulet rouge de la campagne d’Avançons Ensemble. Il est vrai qu’en la matière, les écrits et les propos de son faux nez, Daniel Guerson, lui montrent la voie que nous pourrions suivre…

Tag(s) : #Ville, #Conseil Municipal, #REUCYR, #AVANCONS ENSEMBLE