Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Aujourd’hui 4 juin, les centres de loisirs n’ouvriront pas à Saint-Cyr l’Ecole en raison d’un mot d’ordre de grève lancé par le syndicat CGT.

La grève est un droit, nous ne reviendrons pas dessus. Attardons-nous sur les raisons de cette grève invoquées par la CGT.

1/ L’atteinte aux carrières des agents : avancements d’échelon et de grade

Dans la fonction publique territoriale, les agents reçoivent un avancement automatique d'échelon tous les 18 à 36 mois, en fonction de la qualité de leur travail et de leur investissement. C’est le seul outil dont une commune dispose pour gratifier ses agents les plus méritants, et son impact salarial, quelques euros de différence, est malheureusement symbolique. Sans proposer de solution alternative, la CGT a décidé d’user du droit de grève pour contester le seul outil existant pour reconnaître la réalité du travail des agents les plus investis au service des Saint-Cyriens.

Pourtant, ces trois dernières années, la masse salariale a augmenté de 7% par an (1,3 millions d’euros rien qu’en 2014) afin, entre autres, d’assurer au personnel municipal des conditions de travail plus favorables, et ce, malgré l’énorme pression financière que le gouvernement de François Hollande fait peser sur les communes.

Encore une fois, nous constatons que face à une l’évolution des pratiques rendue nécessaire par notre temps, la CGT en soit encore à l’époque de la lutte des classes ! Saint-Cyr au Cœur regrette vivement que la récompense des plus méritants soit un point de blocage nécessitant la prise en otage des familles.

2/ La compensation des heures supplémentaires

Cette année : moins 2 Millions d’euros de dotations de l’état pour effectuer les missions dont il charge Saint Cyr l’Ecole. Tous les budgets ont été vus à la baisse... A l’exception de celui du personnel ! La charge de personnel est le poste le plus important du budget de la commune (58 %). Deux options s’offrent à nous :

Option a/ Ne pas renouveler des agents contractuels et diminuer la quantité et la qualité du service public en laissant en plan des familles et des salariés.

Option b/ Faire un effort commun de gestion et faire récupérer sous forme d'autorisation d'absence les 2/3 des heures supplémentaires,  tout en rémunérant le 1/3 restant.

Nous avons choisi l’option b qui nous semble plus juste et solidaire. Ce qui n’est le choix des grévistes d’aujourd’hui ! 

3/ Abus de précarité 

Depuis des années l’ensemble des collectivités territoriales ont fonctionné avec des agents contractuels. Saint-Cyr l'Ecole s'efforce d'en titulariser le maximum raisonnable... Tout en tenant compte des réalités économiques et budgétaires qui ne sont pas au beau fixe. Sur ces 2 dernières années 25 personnes dans cette situation ont été stagiairisés.

Par ailleurs, cette année il a été voté le 13éme mois pour les agents contractuels de la ville afin de compenser cette précarité.

N’oublions pas que chaque fonctionnaire créé engendre des obligations financières pour la commune pour 20 à 30 ans, alors même qu’en ce moment, l’Etat ne permet pas aux collectivités locales d’avoir l’assurance de ressources au de-là d’un an !

Moralité, en France les ressources des collectivités locales s’évaporent, les fonctionnaires restent quoi qu’il arrive… Et les impôts augmentent ! Est-ce l’avenir radieux que nos camarades de la CGT promettent aux Saint-Cyriens ?

4/ Le manque de moyens humains sur le terrain

La mairie de saint cyr l’école, 1er employeur de la commune est en grande mutation. A la demande de l'Etat, de la Région et du Département, la commune développe son offre résidentielle : Donc le nombre d’habitants augmente. Nous approchons d’une ville de 20 000 hab. Les besoins en services croissent naturellement en plus des ceux résultant des choix gouvernementaux (réorganisation des temps scolaires et TAP). Nous devons donc nous structurer et cela passe par la mise en œuvre d’une nouvelle organisation et par le recrutement de Directeurs de pôles, à effectif budgétaire de cadres constant (les documents budgétaires sont libres d'accès!).

La revendication porte sur l’embauche de ces Directeurs de pôles dont la présence garantit une rationalisation des moyens, et une meilleure répartition des tâches à effectuer.

On vous parlera de l’augmentation du salaire de la DGS 14 % votée au dernier conseil municipal. Son salaire est le même que celui de la DGS en poste en 2010. Soit 0 augmentation de salaire en 5 ans sur le poste. Il est simplement question d’un jeu d’écriture comptable, à la demande de la Trésorerie, d’une prime qui était versée sur une ligne comptable et qui passe sur une autre.

On vous parlera de l’augmentation des indemnités des élus (dit par le personnel de plus de 40%, (n’oublions pas que 2 euros peuvent représenter une augmentation de 100 % si on avait un euro au départ, peut-on dire que ce soit exorbitant pour autant ?). Oui sur le dernier mandat plus de 60 % des élus étaient retraités. L’indemnité était donc un complément de retraite rémunérant aussi un travail. Aujourd’hui l’équipe des élus est en majorité composée d’actifs qui renoncent à du salaire pour venir en mairie. Cette augmentation ne couvre pas la perte de salaire mais tente de la compenser.

Enfin, la CGT prétend que les augmentations de masse salariale sont le résultat d’embauche de cadres, qui plus sont éloignés du terrain ! Encore une fois, ce syndicat est soit dans l’intoxication de ses troupes, soit en dehors des réalités de notre commune. Les familles prises en otage s’en étonneront-elles ? En effet, un cadre supérieur coûte au maximum 100 000 euros par an dans une collectivité de la taille de Saint-Cyr l’Ecole. Prenons 1,3 millions d’euros d’augmentation de la masse salariale, rien que pour cette année. Une rapide division nous amène à un minimum de 13 nouveaux cadres qui pantoufleraient dans leur bureau loin des réalités quotidiennes de la plèbe. Que la CGT nous donne les noms et les bureaux de ces heureux pantouflards… La municipalité se fera un devoir de les mettre au travail !

 

Tag(s) : #Ville