Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Après 70 ans de communisme, la Commune de Saint Cyr l’Ecole est gérée depuis 2001 par la droite Républicaine associée aux non-inscrits et au centre droit.

Après les bombardements de 1944 qui laissèrent une Commune détruite à 92%. L’urgence était à l’époque à la reconstruction du minimum vital qu’étaient les habitations et les infrastructures d’adduction d’eau, d’assainissement et de communication. Le reste des bâtiments publics et parapublics fut reconstruit au fil de l’eau à mesure que l’Humain voyait ses besoins vitaux satisfaits.

 

S’il est un besoin qui fut négligé avec application et dogmatisme, ce fut bien le développement économique. A mesure que progressaient les besoins secondaires d’une population qui n’avait pas de raison d’être moins exigeante que celle des villes alentours, les besoins d’argent public s’accrurent en proportion. C’est ainsi que partant de l’objectif louable d’assurer le bienêtre de la population, la municipalité de gauche de l’époque (socialistes et communistes) s’appliqua à l’étrangler par de très nombreuses hausses d’impôts.

 

Depuis plus de 10 ans, la municipalité, sous la conduite de la droite Républicaine et de ses alliés, s’efforce d’assainir les finances publiques dans la durée. Même si l’équilibre reste fragile, il n’en reste pas moins qu’il apparaît en voie de consolidation, puisque nous parvenons à dégager un excédent substantiel depuis plusieurs années. C’est ce qui a permis de concrétiser un objectif de ce mandat : La baisse des impôts locaux, taxes foncières et taxe d’habitation, de 3,5%.

 

Si une promesse est un engagement inconditionnel qui ne repose sur rien d’autre que les oreilles prêtes à y croire, un objectif est en revanche un contrat moral dont on sait dès le départ qu’il peut se voir modifié sur sa qualité, son coût et/ou ses délais, en fonction d’évènements dont la nature et l’importance ne sont pas complètement connus au départ. Le contrat d’objectif s’accommode très bien d’une bonne capacité d’adaptation ; Elle est même fondamentale ! L’actuelle crise des finances publiques dans de trop nombreux pays occidentaux en donne un cruel exemple !

 

L’actuelle majorité conduite par la droite Républicaine et ses alliés fonctionne, non pas sur la base de promesses qui ne reposent que sur du vent, mais bien sur la base de contrats d’objectifs. La variable d’ajustement pour atteindre les objectifs visés est le plus souvent le temps, car elle affecte peu le coût et n’a pas d’effet sur la qualité. Il aura donc fallu du temps pour amorcer la baisse des impôts.

 

Cependant, ne nous y trompons pas, nos marges de manœuvre en interne ne sont pas infinies. Il reste en revanche beaucoup à faire depuis l’extérieur de la Saint-Cyr l’Ecole : L’intercommunalité est l’un de ces leviers.

 

Après une période d’intégration de nouvelles communes et une nécessaire période d’adaptation à ces changements, Versailles Grand Parc va devenir l’outil économique de premier plan qui permettra de mener à terme une nouvelle prospérité dont profitera notre Commune. Là aussi, il faut raisonner en contrats d’objectifs. Les outils, la méthode et la volonté sont là. En dépit des gros atouts dont dispose notre Commune, la variable d’ajustement restera, comme toujours, le temps.

 

De la même façon, des économies d’échelle et donc de coûts peuvent être réalisées grâce à Versailles Grand Parc, en mutualisant un grand nombre de services rendus par l’administration. Le ramassage des ordures ménagères ou bien les lignes de bus sont des exemples de services mutualisés à l’échelle de la Communauté d’Agglomérations. Il en existe beaucoup d’autres, moins visibles de la population, qui restent à mutualiser !

 

En temps opportun, il sera sans doute possible et souhaitable que Versailles Grand Parc regarde, entre autres, vers la Communauté d’Agglomérations de Saint Quentin en Yvelines, afin d’augmenter nos performances tout en limitant ou en baissant les charges pesant sur les contribuables.

 

Ainsi, cette première baisse d’impôts, au terme d’une longue attente, ne doit pas être interprétée comme une fin en soi, mais bien comme le début d’un processus plus vaste, qui a pour objectifs à terme, d’augmenter notre prospérité économique, de réduire le plus possible les prélèvements obligatoires qui pèsent sur le contribuable, tout en proposant les services publics à la fois nécessaires et de qualité.

 

N’oublions jamais qu’il revient à l’Etat et ses organes déconcentrés de préserver à la fois les personnes et leurs biens. Il doit apparaitre à chacun comme une évidence que l’une des libertés fondamentales de l’Homme est le droit de propriété. En d’autres termes, la liberté de pouvoir disposer, selon son bon vouloir, des fruits de son travail : Son argent !